Jeux Vidéo
Test de Mario Odyssée: Oh dit, c’est pas génial!!!!

La sortie de la Nintendo Switch nous a déjà apporté de petites pépites en cette année, avec un renouveau de la série The Legend of Zelda ou splatoon 2 et Mario c’était déjà illustré en compagnie de ses amis les lapins crétins il y a quelques mois. C’est donc avec impatience et fébrilité que l’on attendait ce Mario Odyssée. Quel est donc le verdict manette(s) en main?

Un plombier dans la ville

Peut être avez vous, comme moi, été un peu perturbé lors des trailers de voir Mario dans une ville qui semblait détonner un peu des graphismes habituels. Une sorte de “trop réaliste” qui jurait avec les graphismes de Mario (le personnage, pas la licence). Force est de constater que une fois le jeu en main, la différence ne choque pas tant que ça. On retrouve les graphismes colorés et la pâte propre à la licence de Nintendo. Bref, c’est fluide, c’est coloré, ça pétille et ça ne défrisera pas les habitués.

Père Mario, raconte moi une histoire

Petit tour rapide sur l’histoire, Bowser a (encore) capturé Peach. Mais cette fois ci, Monsieur a de nouvelles ambitions et a décidé de sceller des années de Kidnapping par un mariage avec la princesse. Qui dit mariage royal, dit forcément organisation à la hauteur. Et c’est donc ainsi que Mario sera baladé de monde en monde à la poursuite de Bowser qui réunit tous les ingrédients pour un mariage parfait en volant les spécialités de chaque monde. Cela ira de l’anneau au cocktail en passant par la robe de mariée.

L’idée aurait pu être enthousiasmante et intéressante, mais dans les faits, les différents mondes ne sont que des copies les uns des autres sans grandes originalités. Entendons nous, chaque monde aura sa peuplade avec ses tics de langage mais l’impression de diversité ne prends pas. On remplace de l’eau par de la lave, puis par de la neige, puis par du sable et l’attrait qui fonctionne sur les 2-3 premiers mondes s’essouffle rapidement.  Seul les deux derniers mondes apportent un vent de fraicheur et une variation de gameplay.

Tu me fais tourner la tête

Vous l’aurez surement vu dans les trailers, toute l’originalité du gameplay de cet opus viens de Cappy. En effet, tout comme Mario, la promise de Cappy à été enlevée par Bowser pour devenir la tiare de Peach. Car en effet, Cappy est un chapeau. Mais pas n’importe quel chapeau, car celui ci peux prendre de nombreuses apparences (capacité inutile au finale dans le jeu sinon donner des look sympa a Mario) mais surtout, prendre le contrôle de personnage de l’univers de ce Mario Odyssée. Chaque personnage de l’univers ayant une capacité spéciale, vous permettant de parcourir les niveaux a la recherche de Lunes, ces dernières servant de carburant à votre vaisseau spatial: l’Odyssée. Sans trop en dévoilé sur les personnages contrôlables, il est tout de même sympa de contrôler des goompas ou les frères marteaux pour ne citer qu’eux.

La particularité de la Switch étant ses différents gameplay, j’ai voulu tester les différentes possibilités, et force est de constater que Nintendo a clairement développer ce Mario Odyssée pour une jouabilité aux Joycon séparés. Jouer à la tablette ou à la manette n’est pas instinctif et assez peu adapté. D’ailleurs ne cherchez pas les contrôles à la manettes, ils ne sont même pas décrit dans le manuel ingame. Plutôt limite pour un jeu développé par Nintendo himself.

De même, le gameplay semble plutôt approximatif. Entendez par là que répéter la même action n’engendrera pas toujours le même résultat. Pour exemple, si vous faites face à un ennemi et appuyez trois fois sur le bouton pour lancer Cappy, il est fort probable que vous ne le touchiez pas les trois fois. Dommage quand ce gameplay est la base de toutes les interactions du jeu.

Et ça continue encore et encore.

Alors quid de la durée de vie du soft? Si vous ne récupérez que les lunes nécessaires à aller d’un monde à l’autre, vous verrez probablement la fin de l’histoire en un peu moins de 8h. Probablement 10-12h si vous fouillez un peu, mais les mondes se ressemblant dans leur construction, vous aurez vite compris où trouver les lunes et comment les obtenir. A savoir que toutes les lunes ne sont pas accessibles avant d’avoir fini le jeu. Ce qui nous amène au contenu post fin de jeu. Il y a un total de 999 lunes à obtenir pour le 100% dont plus de 110 à acheter simplement. En fouillant un peu tout au long de l’histoire, vous finirez probablement aux alentours de 300 lunes. Ce qui laisse un peu plus de 500 lunes à réunir en end game. Et c’est là que la redondance déjà présente lors de l’histoire se fait vraiment ressentir. Entre les courses, les sauts à la corde ou autre volley ball, l’obtention des lunes est aussi facile que redondante. Parfois casser seulement 3 caisses suffira a faire apparaitre une lune “cachée”, desfois vous devrez enchainer 50 sauts à la corde puis 100 pour obtenir deux lunes, donnant un gonflage de vie artificielle et n’aidant absolument pas à gommer cette répétitivité.

Mariollywood Boulevard

Pour finir sur une note quand même positive, la bande son est, elle, au niveau de ce qu’on attends d’un mario. Discrète et efficace. Les thèmes de chaque monde sont agréables sans être omniprésents et même s’ils ne marquent pas les esprits (exception faites de deux passages), ils permettront de traverser les niveaux sans nous aggresser les oreilles.

Alors, verdict? Je vous tire mon chapeau?

Pour ma part, je ressors assez déçu de ce Mario Odyssée. C’est un jeu sympa mais qui aurait pu être très bon si les bonnes idées qu’il apporte avaient été mieux exploitées. On aurait aimé des mondes aux gameplay plus variés, des combats de boss plus variés, peut être moins de lunes, mais l’impression d’avoir vraiment mérité celles que l’on a. Un manque cruel de variété qui nous oblige à jouer par petites sessions pour ne pas se lasser. Peut être en attendait on trop de ce Mario Odyssée, attendant qu’il renouvelle la série avec autant de brio que l’a fait Breath of the Wild. Au final, on restera sur une impression d’un jeu “sympa”, ce qui n’est tout de même pas si mal

About the author

Gamer, geek et bien plus encore. Passionné de jeux vidéo, de chasse aux trophées, de thriller et de films et séries.

Related Post

Leave a comment

Aller à la barre d’outils